Le traitement Ostéopathique

COLONNE VERTÉBRALE

A chaque étage vertébral correspond en périphérie un organe, un appareil vasculaire, un ligament, un muscle, un territoire de peau répertoriés. La manipulation utilise la vertèbre concernée pour informer ses éléments périphériques afin d’optimiser la mécanique locale et, par là-même, la commande neurologique et vasculaire. Par conséquent toute manipulation ciblée d’une lésion déterminée par un examen clinique ostéopathique précis va permettre d’avoir un effet local (sur la mobilité…) mais également à distance par les rapports viscéraux, nerveux et vasculaires de cette vertèbre.

CRANE

Les os qui composent le crâne sont articulés entre eux et présentent des conduits ostéo-membraneux par lesquels transitent nerfs, artères, veines… Les lésions crâniennes peuvent entrainer migraines, céphalées, fatigue oculaire, perturbation de l’attention, de la mémoire, du sommeil, ou du comportement.Les manipulations ostéopathiques du crâne permettent de restaurer le bon fonctionnement des os les uns par rapport aux autres, d’équilibrer les tensions des membranes crâniennes régule les flux liquidiens et améliore le passage des structures neurologiques. Le concept cranio-sacré, l’un des principes de base de l’Ostéopathie, est déterminant. Il faut savoir que le crâne est relié au sacrum par le lien anatomique des méninges (Dure-mère). Sur le plan biomécanique, il est un système mécanique déformable avec des permissivité de mouvement au niveau des sutures.

 

APPAREIL VISCERAL

   

La fonction de l’appareil digestif est d’intégrer, trier assimiler et éliminer. Ballonnement, constipation, trouble du transit, diarrhée ou, à terme, pathologies chroniques résultent de la mauvaise coordination de ce système. Le fait de mal supporter une alimentation classique prouve que l’appareil ne remplit pas son rôle dans de bonnes conditions. Améliorer la motricité viscérale ainsi que l’apport et le drainage sanguin régularise la fonction digestive. D’autre part la bonne fonction d’un viscère dépend de sa bonne mobilité physiologique, de sa bonne vascularisation et d’une innervation correcte. Les viscères sont suspendues aux structures osseuses et musculaires. Un jeu passif viscéral est indispensable pour éviter l’apparition des adhérences et des restrictions de mobilité des différents organes entre eux.

 

ÉQUILIBRE DU CORPS ET ORTHOPÉDIE

L’homme debout dispose d’un potentiel d’adaptation répondant à des capteurs sensibles : oreille interne, pied, œil, zones ligamentaires richement innervées… L’organisme réclame un travail constant de ré équilibration du centre de gravité. Lorsque ce potentiel est dépassé, le corps, contraint de déformer l’os ou l’articulation et devient source de douleurs. En dehors des anomalies congénitales et des phénomènes de vieillissement excessif, le traitement consiste à prévenir l’aggravation. La manipulation des zones hypo-mobiles et la gestion des zones hyper-mobiles permet de mieux gérer la statique du corps.

NEZ – GORGE – OREILLE

Le système immunitaire se forge en luttant contre les virus et les bactéries. Il devient mature et autonome à l’âge d’environ sept ans. Thymus, végétations, amygdales sont les premiers lieux de défense sollicités pas les affections ORL (rhinites, otites, sinusites, angines à répétition…). Il est essentiel de veiller au bon environnement mécanique local de ces organes ainsi qu’à leur commande neuro-vasculaire. Une manipulation crânienne appropriée peut aider à vider une cavité sinusienne encombrée, ou drainer une trompe d’eustache. En évitant « le trop plein » et en apportant assez de sang à la zone douloureuse, on maitrise la réaction inflammatoire de la muqueuse.

 

MUSCLES ET LIGAMENTS

Le corps dispose d’une grande faculté d’élasticité, elle lui permet de s’adapter aux contraintes de déformation que lui imposent les chocs occasionnels de la vie courante. Un traumatisme peut provoquer des lésions irréversibles nécessitant de la chirurgie réparatrice : fractures, arrachements ligamentaires… Cependant, un choc bénin ou un simple faux mouvement peuvent suffire à provoquer élongations, déchirures musculaires, tendinites, entorses à répétition… La manipulation améliorera immédiatement les qualités mécaniques locales, en restaurant les micro-glissements et roulements propres à chaque articulation. Des techniques hemodynamiques permettront dans le cas de lésions musculaires ou ligamentaires d’améliorer la vascularisation et la cicatrisation. A terme, le rétablissement de la fonction supprimera l’œdème et la douleur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s